octobre 24, 2020

Le Président Guelleh apporte un coup de punch final à la campagne djiboutienne pour le siège non permanent du Conseil de sécurité

Le Président Guelleh apporte un coup de punch final à la campagne djiboutienne pour le siège non permanent du Conseil de sécurité

Le Président de la République, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, a dans le cadre d’une allocution faite hier, dernier jour de la campagne officielle pour l’élection au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité, apporté un coup de punch final à la candidature de notre pays pour ce siège.

 Dans une déclaration faite en trois langues (anglais, français et arabe) par visioconférence et suivie par les membres de l’Assemblée générale des Nations unies appelés à départager aujourd’hui, mercredi, notre pays et le Kenya par le moyen d’un vote, le Chef de l’Etat djiboutien mit en lumière le profil hautement privilégié dont dispose notre pays pour s’acquitter avec brio des missions du Conseil de sécurité.

 Il a cet effet décrit la recherche de la paix et de la stabilité, le règlement des différends par le dialogue, l’état de droit, le multilatéralisme comme autant de préoccupations majeures du Conseil de sécurité qui, sont au centre de la diplomatie de bons offices de Djibouti dans le cadre de la résolution des crises régionales, continentales et internationales.

 Et illustré ce portrait de notre pays à travers l’appui constant qu’il a toujours, depuis son accession à l’indépendance, apporté à la stabilité régionale et à l’assistance humanitaire des populations fuyant les guerres et les conflits à répétition dans cette partie du monde.

 Dans son intervention, le Président Guelleh définit par ailleurs le rôle de plateforme de rédistribution qu’assure la République de Djibouti dans les échanges économiques et commerciaux, sa contribution à la sécurisation du détroit névralgique de Bal El Mendeb et sa place centrale dans le programme mondial de lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime comme les atouts phares d’une capacité supérieure à concilier les valeurs et les idéaux du Conseil de sécurité.

 A noter que le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M Mahamoud Ali Youssouf et l’Ambassadeur de la République de Djibouti aux Etats-Unis d’Amérique et Représentant permanent de notre pays auprès des Nations Unies, M Mohamed Siad Doualeh, ont succédé à  la parole le Chef de l’Etat dans le cadre de cette visioconférence pour plaider dans le même sens.

 L’intervention du Président Ismail Omar Guelleh a valeur de couronnement d’une compagne médiatique et diplomatique djiboutienne entamée en décembre dernier en vue de l’élection de notre pays au poste non permanent, d’un des sièges pour l’Afrique, du Conseil de sécurité des Nations unies.

 Nul doute que, quel que sera l’issue du scrutin auquel elle est en lice pour ce poste de membre non permanent du Conseil de sécurité, la République de Djibouti n’aura menagé aucun effort pour gagner, dans la transparence et le respect des dispositions légales et en vigueur, cette élection.

 

 

 

 

Le Chef de l’Etat reçoit tour à tour le Président du Somaliland et le Premier ministre somalien

Le Chef de l’Etat reçoit tour à tour le Président du Somaliland et le Premier ministre somalien

Le Président de la République, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, a tour à tour reçu aujourd’hui, jeudi, en milieu de matinée, au Palais de la République, le Président du Somaliland, M Moussa Bihi Abdi et le Premier Ministre de la République fédérale de Somalie, M Hassan Ali Kaireh.

L’audience séparée accordée à ces dirigeants est intervenue avant leurs départs respectifs chez eux, à l’issue de leur participation aux pourparlers entre la République fédérale de Somalie et le Somaliland qui, avaient ouvert leur porte le 14 juin dernier à Djibouti, sous la houlette du Président Ismail Omar Guelleh.

A noter que les pourparlers repris à Djibouti entre la République fédérale de Somalie et le Somaliland ont débouché sur des résultats forts encourageants où, le comité technique bipartite instauré s’est déjà accordé sur une série importante de décisions dont, le droit unilatéral aux investissements et le partage de l’aide et l’assistance humanitaire internationale.

La restauration de la confiance, illustrée par l’adoption d’un calendrier de rencontres et d’évaluation des décisions du comité bipartite, constitue particulièrement l’un des plus grands triomphes des pourparlers repris à Djibouti entre la Somalie et le Somaliland.

Le Président du Sénat du Somaliland, M Saleban Mohamed Aden et le ministre djiboutien de l’Agriculture, de l'Eau, de la Pêche, de l'Elevage et des Ressources halieutiques, M. Mohamed Ahmed Awaleh, ont pris part à la rencontre entre le Président de la République et le Président du Somaliland.

Quant à l’audience avec le Premier ministre somalien, elle eut lieu en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M Mahmoud Ali Youssouf et de l’Ambassadeur de la République de Djibouti auprès de la République fédérale de Somalie, M Aden Hassan Aden.

 

Djibouti/Somalie/Somaliland/Éthiopie: Ouverture des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Djibouti/Somalie/Somaliland/Éthiopie: Ouverture des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

La république de Djibouti abrite ce dimanche 14 juin 2020 des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland.

Ces pourparlers ont eu lieu à l’invitation du président Guelleh et s’inscrivent dans le cadre des consultations entre la Somalie et le Somalilland.

Le président de la république fédérale de la Somalie Mohamed Abdillahi Mohamed, le président du Somaliland Moussa Bihi Abdi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali qui prennent part à ces consultations sont arrivés ce matin à Djibouti

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République et Chef du Gouvernement, a eu lieu ce Mardi 16/06/2020, la 9ème Séance du Conseil des Ministres.

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République et Chef du Gouvernement, a eu lieu ce Mardi 16/06/2020, la 9ème Séance du Conseil des Ministres.

En début de séance, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Porte Parole du Gouvernement a fait une communication au Conseil des Ministres sur le Sommet de consultation entre la République Fédérale de Somalie et le Somaliland. A l’initiative du Président de la République, SEM Ismaïl Omar Guelleh, un sommet de consultation entre les leaders de la région a eu lieu le 14 juin 2020 dans notre pays auxquels ont pris part SEM Abiy Ahmed Ali, Premier Ministre de la République Fédérale d’Ethiopie, SEM Mohamed Abdillahi Mohamed Farmajo, Président de la République Fédérale de Somalie et SEM Moussa Bihi Abdi, Président du Somaliland. A travers ce Sommet, le Président de la République a voulu offrir ses bons offices destinés à rétablir un climat de confiance et de dialogue entre les deux dirigeants frères, de la Somalie et du Somaliland. Le Ministre a informé que le Sommet s’est déroulé en deux étapes : une session à huit clos entre les chefs des délégations et une session plénière à laquelle ont pris part les partenaires bilatéraux et multilatéraux. A l’issue de cette réunion de consultation, les deux parties ont convenu de mettre en place un comité technique composé des membres de deux délégations pour la reprise de dialogue et le suivi des questions pendantes. Notre pays a été choisi comme lieu de rencontre de ce comité technique. Le Sommet a appelé les partenaires régionaux et internationaux à apporter leur soutien à ce processus de dialogue entre la République Fédérale de Somalie et le Somaliland. Enfin, il a souligné que le Président de la République a exhorté les deux parties à prendre des décisions qui sont de nature à améliorer la situation de leurs populations.


Ont été examinés et approuvés les textes suivants :

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Projet de Loi portant ratification de la Charte de l’Organisation de Coopération pour l’Education (OCE).

Le projet de Loi a pour objet la ratification de la Charte constitutive de l’Organisation de Coopération pour l’Education (OCE). Cette ratification est l’aboutissement des efforts menés par notre pays en partenariat avec la fondation Education Relief Foundation. Notre pays a joué un rôle central dans l’avènement de l’organisation de Coopération pour l’Education. Il fut le pays hôte et coorganisateur du IIIème Sommet International BIE 2030 qui s’est déroulé du 27 au 29 janvier 2020. Cette rencontre internationale qui a réuni de hauts, des membres de gouvernement, des représentants des universités et la société civile a permis d’aboutir à la signature de la Déclaration Universelle pour une Education Equilibrée et Inclusive, la Charte Constitutive de l’OCE et la création de l’Organisation pour la Coopération Educative. Cette nouvelle instance internationale a pour vocation d’apporter aux Etats membres les ressources humaines, techniques et financières indispensables pour leur permettre de réaliser les aspirations proclamées dans la déclaration universelle en vue de promouvoir une Education Equilibrée et Inclusive c'est-à-dire capable d’apporter l’épanouissement pour l’apprenant et la prospérité pour la société. Notre pays est le premier pays qui a signé un accord de partenariat pour la mise en œuvre d’un projet pilote en éducation équilibrée et inclusive. La création de l’OCE ouvre des perspectives et des opportunités meilleures pour poursuivre un processus d’ores et déjà entamé. La ratification de cette Charte permettra à notre pays de réaliser son aspiration à se doter d’une éducation performante et accessible à tous.

Projet de Décret portant sur le schéma stratégique de renforcement des enseignements-apprentissages par les « TIC ».

Le présent projet de Décret institue le schéma Stratégique de Renforcement des Enseignements-Apprentissages par les TIC qui vise à contribuer à la réalisation des Objectifs de Développement Durable et en particulier l’ODD4 qui prévoit la promotion d’une société mondiale où est assuré l’accès de tous à une éducation de qualité, garantissant l’équité et promouvant des potentialités d’apprentissage tout au long de la vie. Le Schéma Stratégie REATIC permettra à travers l’usage des TICE, un renforcement des performances des élèves, une optimisation des pratiques enseignantes et du suivi-évaluation des enseignements-apprentissages ainsi qu’un meilleur pilotage du système éducatif. Ce schéma a pour but de permettre un renforcement des objectifs qualitatifs et quantitatifs de l’éducation à travers les principes de l’éducation inclusive. La mise en œuvre de cette stratégie va permettre un gain de performance au niveau des enseignements et apprentissages du système éducatif pour les 15 ans à venir, viser un gain significatif pour l’éducation  nationale au niveau des classements de l’éducation dans le monde, permettre un suivi pédiatrique efficace des enfants et générer au minimum une croissance du PIB. Dans le cas d’urgence dû à une pandémie ou une catastrophe naturelle sur le moyen terme, le déploiement Schéma Stratégique REATIC apporterait les réponses idoines dans le respect des règles sanitaires et sécuritaires à travers de solutions de télétravail et de téléenseignements permettant ainsi un présentiel enrichi et garantissant la continuité des enseignent-apprentissages de manière plus fluide et adaptée.

 

MINISTERE DE LA COMMUNICATION, CHARGE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS

Projet de Loi relative à la liberté de la communication et de la déontologie de l’information modifiant et complétant la Loi n°2/AN/92/2ème L relative à la liberté de la communication.

Le projet de Loi modifie et complète la Loi n°2/AN/92/2ème L relative à la liberté de la communication. A l’ère de la mondialisation et du développement technologique, notre pays ne dispose d’aucun instrument juridique pour réguler et contrôler les contenus diffusés sur les médias audiovisuels et internet.  Ce projet vise à compléter le cadre légal relative à la liberté de la communication et répond à trois objectifs majeurs notamment assurer la diffusion d’information juste et honnête et la protection de l’ordre public, garantir le respect de la dignité de la personne humaine en prohibant la diffusion de toute image ou déclaration rabaissant, humiliant et asservissant l’être humain et assurer la protection de la jeunesse et des mineurs contre des contenus promouvant la violence et de programmes ayant des effets nocifs sur eux.  Le projet de Loi permettra aux pouvoirs publics et à la Commission Nationale de la Communication de garantir la liberté de communication en la conciliant avec les transformations économiques, sociales, démocratiques et technologiques traversant notre pays. 

Projet de Loi organique portant pluralisme politique lors de campagnes électorales et modifiant certaines dispositions de la loi organique n°1/AN/92 relative aux élections.

Le pluralisme politique est un principe corolaire de la liberté de la communication et de la démocratie  assurant la libre expression des courants de pensée et d’opinion dans les médias audiovisuels, de la presse écrite et sur internet. Régie par loi organique  n°1/AN/1992/2ème L relatives aux élections, les règles spécifiques applicables au traitement ne cadrent plus avec les transformations démocratiques et technologiques et pluralismes politique en vigueur dans notre pays. C’est pourquoi, il est apparu nécessaire de mettre en œuvre des nouvelles règles  pour reformer la couverture des compagnes électorales  dans les médias  audiovisuels publics et sur d’autres supports de communication afin de mieux concilier la liberté de communication et le pluralisme politique. Ce projet de loi organique répond aux objectifs notamment poser et réaffirmer le principe d’équité entre les candidats, partis, formations politiques  en termes d’accès aux médias audiovisuels publics, poser le principe de liberté des candidats partis et formations politiques quant aux moyens de communication utilisées pour les productions, enregistrements et diffusion de leurs déclarations et élargir et préciser les missions de la Commission Nationale de la Communication. 

Projet de Décret portant sur l’adhésion de Hormuud télécom dans le consortium de câble sous-marin DARE-1.

Le Projet de décret a pour objet l’adhésion de la société Hormuud télécom dans le consortium de câble sous marin DARE-1 qui consiste à interconnecter deux principaux hubs de télécommunication en Afrique de l’Est à savoir Djibouti et Mombasa. Actuellement ce projet DARE-1 connecte Djibouti, Bossaso, Mogadiscio et Mombasa. D’une longueur totale 4 900 km DARE-1 fournira  jusqu’à 36 térabits de capacité à l’Afrique de l’Est. Ce nouvel partenaire va participer au projet DARE-1 avec un investissement à hauteur de 18 250 000 USD. Ce projet permettra de fournir un accès internet à 60 millions d’abonnés dans la région.

Projet d’Arrêté portant conditions d’attribution de la Carte Nationale de Presse.

Le projet d’Arrêté fixe les conditions d’attribution de la Carte Nationale de Presse. Le journaliste dans le cadre de ses activités doit disposer d’une identité professionnelle appelée Carte Nationale de Presse qui permettra au journaliste professionnel de prouver son activité, d’accéder plus facilement à de lieux qui lui servent à obtenir des informations et de faire valoir son droit. A ce jour, les différents organes publics de presse  établissent leurs propres cartes, ce qui laisse place à beaucoup de confusions. Il est donc nécessaire de doter le journaliste d’une carte professionnelle permettant d’être plus visible dans le monde des médias et ce à l’instar des journalistes internationaux. Ce projet fixe le cadre de délivrance, de retrait, de renouvellement ou de suspension de la Carte Nationale de Presse. L’adoption de ce présent projet contribuera à rendre plus professionnel le secteur des médias et de la communication dans notre pays. Elle permettra également à la Commission Nationale de la Communication d’assurer plus efficacement sa mission de régulation du fonctionnement des médias et garantir la liberté de communication conformément à la constitution Djiboutienne.

MINISTÈRE DU TRAVAIL CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L’ADMINISTRATION

Projet de Décret portant nomination.

M. Mohamed Yonis Ali, est nommé Directeur de l’Etablissement Pénitentiaire de Gabode.

Communication


Le Ministre des Affaires Musulmanes a fait un rapport sur sa participation au forum virtuel des Ministres de la Culture de l’Union Africaine qui s’est déroulé le 27 Mai 2020.

 

Djibouti abritera des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Djibouti abritera des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Sous l’égide son Premier Magistrat, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, la République de Djibouti abtritera demain, dimanche, des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland. 

Ces pourparlers qui auront lieu à l’invitation du Président Guelleh s’inscrivent dans le cadre des consultations entre la Somalie et le Somaliland. 

Le Président de la République fédérale de Somalie, M Mohamed Abdillahi Mohamed, le Président de Somaliland, M Moussa Bihi Abdi et le Premier Ministre éthiopien, M Abiy Ahmed Ali,  prendront part à ces consulations. 

La reprise des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland est l’illustration parfaite de la détermination sans cesse continue dont font montre les dirigeants de la région pour régler les différends par le biais du dialogue. 

L’organisation des consultations entre la Somalie et le Somaliland à Djibouti est loin d’être un précédent. 

Notre pays doit cette distinction à sa diplomatie de neutralité et d’égal respect et considération à l’endroit de tous les protagonistes politiques de la région  et en faveur de la stabilité de cette partie du monde,