décembre 01, 2020

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République et Chef du Gouvernement, a eu lieu ce Mardi 16/06/2020, la 9ème Séance du Conseil des Ministres.

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République et Chef du Gouvernement, a eu lieu ce Mardi 16/06/2020, la 9ème Séance du Conseil des Ministres.

En début de séance, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Porte Parole du Gouvernement a fait une communication au Conseil des Ministres sur le Sommet de consultation entre la République Fédérale de Somalie et le Somaliland. A l’initiative du Président de la République, SEM Ismaïl Omar Guelleh, un sommet de consultation entre les leaders de la région a eu lieu le 14 juin 2020 dans notre pays auxquels ont pris part SEM Abiy Ahmed Ali, Premier Ministre de la République Fédérale d’Ethiopie, SEM Mohamed Abdillahi Mohamed Farmajo, Président de la République Fédérale de Somalie et SEM Moussa Bihi Abdi, Président du Somaliland. A travers ce Sommet, le Président de la République a voulu offrir ses bons offices destinés à rétablir un climat de confiance et de dialogue entre les deux dirigeants frères, de la Somalie et du Somaliland. Le Ministre a informé que le Sommet s’est déroulé en deux étapes : une session à huit clos entre les chefs des délégations et une session plénière à laquelle ont pris part les partenaires bilatéraux et multilatéraux. A l’issue de cette réunion de consultation, les deux parties ont convenu de mettre en place un comité technique composé des membres de deux délégations pour la reprise de dialogue et le suivi des questions pendantes. Notre pays a été choisi comme lieu de rencontre de ce comité technique. Le Sommet a appelé les partenaires régionaux et internationaux à apporter leur soutien à ce processus de dialogue entre la République Fédérale de Somalie et le Somaliland. Enfin, il a souligné que le Président de la République a exhorté les deux parties à prendre des décisions qui sont de nature à améliorer la situation de leurs populations.


Ont été examinés et approuvés les textes suivants :

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Projet de Loi portant ratification de la Charte de l’Organisation de Coopération pour l’Education (OCE).

Le projet de Loi a pour objet la ratification de la Charte constitutive de l’Organisation de Coopération pour l’Education (OCE). Cette ratification est l’aboutissement des efforts menés par notre pays en partenariat avec la fondation Education Relief Foundation. Notre pays a joué un rôle central dans l’avènement de l’organisation de Coopération pour l’Education. Il fut le pays hôte et coorganisateur du IIIème Sommet International BIE 2030 qui s’est déroulé du 27 au 29 janvier 2020. Cette rencontre internationale qui a réuni de hauts, des membres de gouvernement, des représentants des universités et la société civile a permis d’aboutir à la signature de la Déclaration Universelle pour une Education Equilibrée et Inclusive, la Charte Constitutive de l’OCE et la création de l’Organisation pour la Coopération Educative. Cette nouvelle instance internationale a pour vocation d’apporter aux Etats membres les ressources humaines, techniques et financières indispensables pour leur permettre de réaliser les aspirations proclamées dans la déclaration universelle en vue de promouvoir une Education Equilibrée et Inclusive c'est-à-dire capable d’apporter l’épanouissement pour l’apprenant et la prospérité pour la société. Notre pays est le premier pays qui a signé un accord de partenariat pour la mise en œuvre d’un projet pilote en éducation équilibrée et inclusive. La création de l’OCE ouvre des perspectives et des opportunités meilleures pour poursuivre un processus d’ores et déjà entamé. La ratification de cette Charte permettra à notre pays de réaliser son aspiration à se doter d’une éducation performante et accessible à tous.

Projet de Décret portant sur le schéma stratégique de renforcement des enseignements-apprentissages par les « TIC ».

Le présent projet de Décret institue le schéma Stratégique de Renforcement des Enseignements-Apprentissages par les TIC qui vise à contribuer à la réalisation des Objectifs de Développement Durable et en particulier l’ODD4 qui prévoit la promotion d’une société mondiale où est assuré l’accès de tous à une éducation de qualité, garantissant l’équité et promouvant des potentialités d’apprentissage tout au long de la vie. Le Schéma Stratégie REATIC permettra à travers l’usage des TICE, un renforcement des performances des élèves, une optimisation des pratiques enseignantes et du suivi-évaluation des enseignements-apprentissages ainsi qu’un meilleur pilotage du système éducatif. Ce schéma a pour but de permettre un renforcement des objectifs qualitatifs et quantitatifs de l’éducation à travers les principes de l’éducation inclusive. La mise en œuvre de cette stratégie va permettre un gain de performance au niveau des enseignements et apprentissages du système éducatif pour les 15 ans à venir, viser un gain significatif pour l’éducation  nationale au niveau des classements de l’éducation dans le monde, permettre un suivi pédiatrique efficace des enfants et générer au minimum une croissance du PIB. Dans le cas d’urgence dû à une pandémie ou une catastrophe naturelle sur le moyen terme, le déploiement Schéma Stratégique REATIC apporterait les réponses idoines dans le respect des règles sanitaires et sécuritaires à travers de solutions de télétravail et de téléenseignements permettant ainsi un présentiel enrichi et garantissant la continuité des enseignent-apprentissages de manière plus fluide et adaptée.

 

MINISTERE DE LA COMMUNICATION, CHARGE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS

Projet de Loi relative à la liberté de la communication et de la déontologie de l’information modifiant et complétant la Loi n°2/AN/92/2ème L relative à la liberté de la communication.

Le projet de Loi modifie et complète la Loi n°2/AN/92/2ème L relative à la liberté de la communication. A l’ère de la mondialisation et du développement technologique, notre pays ne dispose d’aucun instrument juridique pour réguler et contrôler les contenus diffusés sur les médias audiovisuels et internet.  Ce projet vise à compléter le cadre légal relative à la liberté de la communication et répond à trois objectifs majeurs notamment assurer la diffusion d’information juste et honnête et la protection de l’ordre public, garantir le respect de la dignité de la personne humaine en prohibant la diffusion de toute image ou déclaration rabaissant, humiliant et asservissant l’être humain et assurer la protection de la jeunesse et des mineurs contre des contenus promouvant la violence et de programmes ayant des effets nocifs sur eux.  Le projet de Loi permettra aux pouvoirs publics et à la Commission Nationale de la Communication de garantir la liberté de communication en la conciliant avec les transformations économiques, sociales, démocratiques et technologiques traversant notre pays. 

Projet de Loi organique portant pluralisme politique lors de campagnes électorales et modifiant certaines dispositions de la loi organique n°1/AN/92 relative aux élections.

Le pluralisme politique est un principe corolaire de la liberté de la communication et de la démocratie  assurant la libre expression des courants de pensée et d’opinion dans les médias audiovisuels, de la presse écrite et sur internet. Régie par loi organique  n°1/AN/1992/2ème L relatives aux élections, les règles spécifiques applicables au traitement ne cadrent plus avec les transformations démocratiques et technologiques et pluralismes politique en vigueur dans notre pays. C’est pourquoi, il est apparu nécessaire de mettre en œuvre des nouvelles règles  pour reformer la couverture des compagnes électorales  dans les médias  audiovisuels publics et sur d’autres supports de communication afin de mieux concilier la liberté de communication et le pluralisme politique. Ce projet de loi organique répond aux objectifs notamment poser et réaffirmer le principe d’équité entre les candidats, partis, formations politiques  en termes d’accès aux médias audiovisuels publics, poser le principe de liberté des candidats partis et formations politiques quant aux moyens de communication utilisées pour les productions, enregistrements et diffusion de leurs déclarations et élargir et préciser les missions de la Commission Nationale de la Communication. 

Projet de Décret portant sur l’adhésion de Hormuud télécom dans le consortium de câble sous-marin DARE-1.

Le Projet de décret a pour objet l’adhésion de la société Hormuud télécom dans le consortium de câble sous marin DARE-1 qui consiste à interconnecter deux principaux hubs de télécommunication en Afrique de l’Est à savoir Djibouti et Mombasa. Actuellement ce projet DARE-1 connecte Djibouti, Bossaso, Mogadiscio et Mombasa. D’une longueur totale 4 900 km DARE-1 fournira  jusqu’à 36 térabits de capacité à l’Afrique de l’Est. Ce nouvel partenaire va participer au projet DARE-1 avec un investissement à hauteur de 18 250 000 USD. Ce projet permettra de fournir un accès internet à 60 millions d’abonnés dans la région.

Projet d’Arrêté portant conditions d’attribution de la Carte Nationale de Presse.

Le projet d’Arrêté fixe les conditions d’attribution de la Carte Nationale de Presse. Le journaliste dans le cadre de ses activités doit disposer d’une identité professionnelle appelée Carte Nationale de Presse qui permettra au journaliste professionnel de prouver son activité, d’accéder plus facilement à de lieux qui lui servent à obtenir des informations et de faire valoir son droit. A ce jour, les différents organes publics de presse  établissent leurs propres cartes, ce qui laisse place à beaucoup de confusions. Il est donc nécessaire de doter le journaliste d’une carte professionnelle permettant d’être plus visible dans le monde des médias et ce à l’instar des journalistes internationaux. Ce projet fixe le cadre de délivrance, de retrait, de renouvellement ou de suspension de la Carte Nationale de Presse. L’adoption de ce présent projet contribuera à rendre plus professionnel le secteur des médias et de la communication dans notre pays. Elle permettra également à la Commission Nationale de la Communication d’assurer plus efficacement sa mission de régulation du fonctionnement des médias et garantir la liberté de communication conformément à la constitution Djiboutienne.

MINISTÈRE DU TRAVAIL CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L’ADMINISTRATION

Projet de Décret portant nomination.

M. Mohamed Yonis Ali, est nommé Directeur de l’Etablissement Pénitentiaire de Gabode.

Communication


Le Ministre des Affaires Musulmanes a fait un rapport sur sa participation au forum virtuel des Ministres de la Culture de l’Union Africaine qui s’est déroulé le 27 Mai 2020.

 

Djibouti/Somalie/Somaliland/Éthiopie: Ouverture des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Djibouti/Somalie/Somaliland/Éthiopie: Ouverture des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

La république de Djibouti abrite ce dimanche 14 juin 2020 des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland.

Ces pourparlers ont eu lieu à l’invitation du président Guelleh et s’inscrivent dans le cadre des consultations entre la Somalie et le Somalilland.

Le président de la république fédérale de la Somalie Mohamed Abdillahi Mohamed, le président du Somaliland Moussa Bihi Abdi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali qui prennent part à ces consultations sont arrivés ce matin à Djibouti

La République de Djibouti tient à rétablir la vérité des faits Concernant Fouad Youssouf Ali

La République de Djibouti tient à rétablir la vérité des faits Concernant Fouad Youssouf Ali

Depuis quelques jours, certains milieux liés à l’opposition propagent des accusations mensongères et des théories infondées concernant 1’incarcération de monsieur Fouad Youssouf Ali à la Prison Civile de Gabode. La République de Djibouti conteste formellement ces “versions” qui circulent dans certains médias, y compris des publications étrangères.

 La République de Djibouti tient à rappeler les faits graves, tout particulièrement en ce qui concerne un officier des Forces Armées Djiboutiennes, qui ont conduit à l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de monsieur Fouad Youssouf Ali. Ces faits ont été commis en flagrant délit, comme le prouve d’ailleurs une vidéo enregistrée et diffusée par ses soins.

 Le 9 avril 2020, le Procureur de la République a requis l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de monsieur Fouad Youssouf Ali, l’accusant d’avoir, à Djibouti, courant mars 2020 :

  • tenté de soustraire frauduleusement un aéronef militaire
  • détruit cet appareil
  • entretenu une relation avec une puissance étrangère, en l' occurrence 1’ Érythrée
  • publié des paroles par voie de presse à caractère violent qui, incitent à la haine et au soulèvement de la population dans le but de troubler gravement 1’ordre public

-porté   atteinte   à   la   défense    nationale    en   provoquant     les   militaires     à   la

désobéissance

diffamé publiquement les Forces Armées Djiboutiennes.

Il s’agit d’accusations extrêmement sérieuses qui mettent en cause la sécurité nationale et qui interpelleraient la justice de tout État dans le monde.

 Il n’existe pas de justice militaire à Djibouti. Monsieur Fouad Youssouf Ali devra répondre de ses actes devant une juridiction civile, comme tout citoyen djiboutien. Les droits de la défense de monsieur Fouad Youssouf Ali ont été respectés puisqu’il a été libre de garder le silence, lors de son interrogatoire de première comparution en date du 22 avril 2020, dans l’attente de recevoir l’assistance de l’avocat de son choix. Le 23 avril 2020, l’épouse de 1’ inculpé a bénéficié d’un permis de communiquer.

 Précisons également qu’à 1’époque, toutes les visites aux détenus étaient suspendues en raison des mesures de confinement strict et de prévention contre la pandémie de Covid-19. Le 7 juin 2020, un permis de communiquer est délivré à l’épouse, à la sœur de 1’ inculpé, à un parlementaire et à un membre de la société civile qui lui ont rendu visite à la Prison Civile de Gabode. Enfin, la Commission Nationale des Droits de l’Homme a visité la prison le 9 juin 2020 pour vérifier les conditions de détention de monsieur Fouad Youssouf Ali, mais également de l’ensemble des autres détenus.

 Monsieur Fouad Youssouf Ali a illégalement réalisé une vidéo depuis 1’ intérieur de sa cellule, qui ne reflète pas les conditions réelles de sa détention et relève d’une mise en scène évidente. En effet, ce dernier bénéficie d’une cellule individuelle, sise dans un bloc comprenant d’autres cellules, parfaitement identiques, avec accès sur une cour commune dans laquelle il est autorisé, au même titre que les autres détenus, à effectuer sa promenade bi-journalière. De plus, il dispose de sanitaires privatifs ainsi que d’installations permettant de ventiler correctement l’espace qui lui est imparti. La Prison Civile de Gabode est la seule prison du pays et monsieur Fouad Youssouf Ali ne subit aucun sévice ni ne souffre d’aucun régime particulier. Ces circonstances sont immédiatement et objectivement vérifiables.

 En ce qui concerne la gravité de l’état de santé de monsieur Fouad Youssouf Ali, celle-ci ne ressort que de ses propres déclarations. À aucun moment, la structure médicale de la prison centrale de Gabode n’a rapporté la nécessité de le faire hospitaliser, mais la juridiction d’appel a tout de même ordonné que soit examiné son cas, par un collège d’experts assermentés. Précisons qu’il est par ailleurs établi que l'inculpé souffrait d’une maladie de la peau avant son arrestation, comme l’a confirmé son médecin traitant. Une expertise médicale est en cours et rendra son verdict dans les prochains jours.

 Ceux qui se présentent comme les soutiens de monsieur Fouad Youssouf Ali ont véhiculé les théories les plus insensées dans le seul but de provoquer des troubles sur le territoire de Djibouti. Dans ce contexte, trois manifestations non- autorisées à Djibouti-ville, à Ali Sabieh et dans le quartier de Balbala ont donné lieu le 5 juin 2020 à des débordements inacceptables, menés par des éléments

violents. L’intervention des forces de l’ordre a eu lieu dans ce contexte particulièrement difficile.

 Des personnes ont été interpellées dont certaines se prévalant abusivement de la qualité de journaliste. Ces « supposés journalistes » ont été depuis libérés.

 A Ali Sabieh une banque a notamment été incendiée, l’agent de sécurité de l’établissement a été agressé par balle par les manifestants dans une tentative de braquage de la banque. Durant son intervention la police a utilisé exclusivement des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchoucs pour rétablir l’ordre. Une enquête diligentée par le Procureur de la République est en cours pour faire toute la lumière sur ces événements.

 De toute évidence, comme le souligne finalement le prévenu lui-même, nous avons affaire à une manipulation politique liée à des milieux d’opposition peu soucieux de respecter le bon fonctionnement démocratique. Et dont 1’objectif final est de porter atteinte à l’unité et à la cohésion nationale de Djibouti.

 Dans ces moments particulièrement difficiles liés à la situation sanitaire et à l’épidémie de Covid-19, le gouvernement appelle au rejet de la violence et au respect des règles de la démocratie. Le gouvernement de la République de Djibouti prendra ses responsabilités pour la protection des biens et des personnes et contre ceux qui cherchent à instrumentaliser une affaire qui relève de la justice. Et qui cherchent à mettre en danger la sécurité nationale.

 La culpabilité définitive de monsieur Fouad Youssouf Ali ne pourra être prononcée, le cas échéant, que par une juridiction de jugement. Il bénéficie aussi, bien entendu et à compter de son appréhension, de la présomption d’innocence. La justice doit pouvoir suivre son cours, sereinement, sans perturbation extérieure.

 

 

 

 

 

Djibouti abritera des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Djibouti abritera des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland

Sous l’égide son Premier Magistrat, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, la République de Djibouti abtritera demain, dimanche, des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland. 

Ces pourparlers qui auront lieu à l’invitation du Président Guelleh s’inscrivent dans le cadre des consultations entre la Somalie et le Somaliland. 

Le Président de la République fédérale de Somalie, M Mohamed Abdillahi Mohamed, le Président de Somaliland, M Moussa Bihi Abdi et le Premier Ministre éthiopien, M Abiy Ahmed Ali,  prendront part à ces consulations. 

La reprise des pourparlers entre la Somalie et le Somaliland est l’illustration parfaite de la détermination sans cesse continue dont font montre les dirigeants de la région pour régler les différends par le biais du dialogue. 

L’organisation des consultations entre la Somalie et le Somaliland à Djibouti est loin d’être un précédent. 

Notre pays doit cette distinction à sa diplomatie de neutralité et d’égal respect et considération à l’endroit de tous les protagonistes politiques de la région  et en faveur de la stabilité de cette partie du monde,

 

Message de félicitation du Président français à son homologue djiboutien : une relation stratégique

Message de félicitation du Président français à son homologue djiboutien : une relation stratégique

Le Président de la République française, M Emmanuel Macron a, à l’approche de l’anniversaire de la Fête nationale de notre pays, fait parvenir un message de félicitation à son homologue djiboutien, Son Excellence Ismail Omar Guelleh.

 « Monsieur le Président et Cher Ami, je suis heureux de vous adresser, ainsi qu’au Peuple djiboutien mes chaleureuses félicitations et mes vœux les plus sincères », a écrit en substance le Président Macron qui, a fait part de sa détermination à mettre « tout en œuvre pour que la France reste le premier partenaire de Djibouti »

 Dans son message, le Chef d’Etat français s’est tout d’abord réjoui des liens privilégiés qui existent entre les deux pays dans le domaine sécuritaire et militaire.

 « Notre coopération en matière de défense est d’une exceptionnelle densité et s’est encore resserrée depuis ma visite à Djibouti dont, je garde un excellent souvenir », a noté le Président Macron qui, mit ensuite à profit son message pour réitérer son engagement en faveur du renforcement de la coopération entreprise entre les deux pays dans « le domaine économique » et social.

 « Je me réjouis que le projet de centrale solaire porté par Engie dans la région du Grand Bara ait été approuvé. Cela marque le retour d’un grand groupe français sur le sol djiboutien », a souligné le Président Emmanuel Macron qui, décrit par ailleurs « l’Urbanisme, l’Assainissement et l’efficacité énergétique » comme de secteurs de coopération stratégique nouveaux pour les deux pays.

 

Et le Président français de saluer et de louer « le rôle stabilisateur de Djibouti dans une région marquée par de multiples crises depuis plusieurs décennies » de réaffirmer son attachement à la préservation et à la promotion des relations privilégiées entre son pays et le nôtre, notamment par le biais d’un plus grand niveau de contact « diplomatique » et de « consultations politiques ».

« Je serais heureux, quand les conditions le permettront, de vous accueillir en France pour une visite bilatérale qui nous permettra d’avancer, entre autres, sur les sujets de défense, de francophonie et de partenariat stratégique », a indiqué le Président Macron dans ce sens.