Le Premier ministre préside une réunion du comité d’endettement

 Le Premier ministre préside une réunion du comité d’endettement

Le Premier ministre a présidé ce dimanche 25 octobre 2020 au Palais du Peuple une réunion du comité d’endettement afin de mieux tracer les grandes lignes d’une stratégie nationale d’endettement publique.  

II s'agit là d'une tache assez ardue qui nécessite la mobilisation et l'engagement de tous les acteurs concernés autour d'un large consensus qu'est la politique national d'endettement.  

Comme vous le savez ce comité d'endettement a été crée par décret présidentiel le 22.04.2019 et s'inscrit dans le cadre des mesures de réformes conduites par le Gouvernement visant à assurer une meilleure maitrise de la dette publique.  

Cet organe a ainsi en charge l'élaboration, la coordination, la mise en œuvre et le suivi de la politique nationale d'endettement public.  

Les principales missions de ce comité consistent à la coordination et le contrôle de toutes les actions et initiatives liées à la dette publique, et ce, en veillant à la mise en œuvre de la stratégie de gestion de la dette publique et des objectifs du gouvernement en matière de soutenabilité des finances publiques et de la dette publique.  

C'est pourquoi, en décidant de se doter d'une stratégie nationale d'endettement publique, la République de Djibouti pourra assurer la viabilité de la dette, compte tenu du risque élevé de surendettement mais aussi en adoptant une loi sur la dette publique et en instaurant un ancrage explicite de la dette, sous forme d'un ratio dette publique/PIB.  

L'enjeu est donc important car il s'agit de favoriser les investissements directs étrangers, à travers la volonté des autorités de promouvoir le développement de Djibouti.  

Ce développement implique également un rôle accru dans la mobilisation des ressources et de facto nous invite à réfléchir à une stratégie de gestion de la dette optimale.  

La stratégie de la Dette en moyen terme mettra l'accent sur les modalités optimales de financement à travers une attention accru porté sur la volatilité des taux d’intérêts et portera la réflexion sur la nécessité ou pas de développer un marche domestique de la dette.