Il est plus que temps de redonner à la Radiotélévision Nationale (RTD) tout son éclat et sa vitalité à travers une redynamisation de sa grille de programmes, une solidarité pleine et agissante de son personnel appelé à être plus motivé, enthousiaste, imaginatif et créatif.

Cela passe donc par une revalorisation des ressources, une reconnaissance de l’apport de chacun, le suivi des carrières et des avancements, la formation continue et permanente pour suivre le système accéléré des évolutions technologiques imposées par la révolution du numérique et de l’Internet.

Il nous faut plus de programmes et d’émissions de qualité, plus d’engagement à mieux faire au niveau de chaque poste de production et de service.
C’est ce à quoi, je vais m’atteler en ma qualité de nouveau directeur de la RTD et l’opportunité m’est offerte d’exprimer mes sincères remerciements à tous ceux qui ont placé en moi leur confiance dont en premier lieu le Chef de l’Etat M. Ismaïl Omar Guelleh.
Restructurer les services dont le département de l’Information, fixer les priorités, reconnaître à chacune et chacun son mérite et ses compétences, lui offrir les moyens d’agir et de réaliser des émissions de qualité, leur offrir les possibilités de s’épanouir individuellement et professionnellement telles seront nos objectifs et ambitions communes.
Direction et personnel de l’audiovisuel, nous devrons tous ensembles, garder à l’esprit que nous avons à répondre aux besoins et exigences d’auditeurs et de téléspectateurs de plus en plus alertes, vigilants, évolués culturellement et soumis aux apports et influences étrangères, dans un fourmillement de programmes et d’images que nous déversent en continu les chaînes satellitaires.
Le défi est grand et le pari audacieux.

Mais c’est en toute confiance dans nos capacités à réagir et notre volonté à mieux gérer la RTD que nous gagnerons le respect du public en valorisant la chaîne nationale dont certaines émissions sont d’ailleurs rediffusées sur Arabsat. Ensemble nous gagnerons.


                                                                                                                              Le Directeur Général de la RTD

                                                                                                                              Abdoulkader Ahmed Idriss

La R.T.D, Un demi-siècle d’histoire.

 

La radiodiffusion commence à Djibouti dans les années cinquante sous le régime colonial.

En 1967, l’office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF) installe une station régionale d’outre-mer à Djibouti-ville.

Cette station sans aucune infrastructure de production, est conçue pour la rediffusion des programmes des chaînes radiophoniques et télévisuels français produits en France. La majorité, du personnel toutes catégories confondues est française.

En 1977, la République de Djibouti indépendante met l’accent sur ce secteur pour assainir l’unité nationale et le développement du pays indépendant.

Le personnel très peu formé et le matériel assez vétuste manquaient à l’appel de cette nouvelle politique du gouvernement.

Depuis lors, le gouvernement avec l’aide des pays amis et organes internationaux concentrait ses efforts pour l’amélioration des techniques et de la production, l’aménagement de l’espace de travail et des équipements et la formation des personnels.

C’est en 1983, avec le concours de la coopération allemande (ex RFA) qu’un centre d’émission pour la radiodiffusion a été installé à Doraleh en banlieue de la ville de Djibouti. Ce centre, désormais avait la capacité de diffuser en onde moyenne, en onde courte, en modulation de fréquence et de produire des émissions radios.

Un réseau FM complet couvrant le maximum du Territoire.

UN émetteur d’onde courte sur 4780 khz est de 20 kw.

Un émetteur onde moyenne sur 1539 khz est de 20 kw.

Par ce projet la diffusion radiophonique est devenue nationale et régionale.

En 1986, un réseau de diffusion de la télévision sur les chefs lieux des régions de l’intérieur est rendu effectif avec l’installation d’émetteur relais.

Durant toutes ces améliorations apportées à la R.T.D, les studios et équipements devenaient insuffisants pour la production des programmes destinés à toute la population.

La R.T.D. avec ses faibles moyens ne produisait que 20% des programmes diffusés.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a déposé une requête auprès du gouvernement japonais qui, finança un projet d’extension de la R.T.D pour que nous puissions enfin disposer d’un centre de production télé avec des équipements performants.

Parallèlement à cette politique d’acquisition des moyens, un renforcement des ressources humaines était entrepris de manière particulièrement considérable.

Entre 1985 et1990 le nombre des postes télévisés est passé, en pourcentage, de 16.7% à 21%.

Les orientations à venir :

La R.T.D est entrain de planifier le passage de l’analogique vers le numérique en audio et en vidéo production.

Le renforcement des équipements de transmission radio par satellite viens d’êtresigné.

Par ailleurs la mise en place d’une production nationale et surtout le passage vers le marketing et la commercialisation sont les atouts pour intégrer le 3° millénaire

L'application MyRTD